« Observer ce qui fait croître la matière du monde – tous ces petits bouts – ces trois fois rien de milliard de rien – des petits bouts de trucs qui assemblés forment un tout – comme la pierre la poussière et la boue – le résumé ou l’interprétation du tout – Tout ce qui pousse et croît à partir de là. ».

La démarche de création de Inès Lavialle se base sur l’observation minutieuse de processus biologiques et technologiques.

C’est en cherchant à comprendre ces processus, leurs fonctionnements, leurs mécanismes et leurs effets que ces travaux prennent forme.Ils sont parfois une annotation, un repère, quelquefois une équivalence, une interprétation, ou une métaphore. Ils sont rarement seuls, toujours uniques, mais multiples d’un autre par le geste qui les produit.
Les principes de réalisation répétés deviennent des protocoles, et conduisent à penser ces formes en tant que série ou collection. Collection d’objets, de matières, d’images, de textes et d’informations puis, collection de gestes, d’expérimentations, de postures à l’origine de chaque réalisation. La sculpture, la pratique du dessin et de l’installation cohabitent et forment un ensemble à l’image d’une recherche basée sur les dynamiques du vivant.

Inès Lavialle est née en 1989 en Charente-maritime et réside en Nouvelle-Aquitaine. Diplômée d’un DNAT céramique, elle poursuit ses études supérieures entre Limoges et Tarbes en intégrant le laboratoire de recherches CCE (Céramique comme Expérience) à l’ENSA. Elle obtient son DNSEP mention art-céramique avec les félicitations du Jury en 2017 à l’école supérieure d’art des Pyrénées. Cette même année, elle présentera son travail lors d’une exposition personnelle à la galerie Omnibus à Tarbes, et poursuivra ses recherches au sein d’une résidence en Chine à Jingdezhen.

Son travail a été présenté dans différentes expositions en France et à l’étranger : en 2019 au Musée national Adrien Dubouché dans l’exposition Formes vivantes et au Non-Lieu à Roubaix dans le cadre de La nuit des arts ; en 2018 au FRAC-Artothèque Limousin Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de l’exposition L’arbre de Darwin, puis à Tarbes et à Huesca pour la biennale d’art contemporain

Tras / Trace ; en 2016 au Henan Museum à Zhengzhou, Chine, pour la biennale internationale de céramique Cont{r}act Earth.

En parallèle de sa pratique artistique, elle est enseignante pour les ateliers publics à l’ENSA Limoges.

 

 

    © 2020 ines lavialle